buzz

  LE TRIOMPHE DE L’AME NAVIGANTE
  La peinture de Muriel Massin




La peinture de Muriel Massin est riche de nuances chromatiques et de couleurs, qui sont  parfois   lumineuses et parfois  opaques. Dans le cas de ce genre de peinture, les tons sont le prolongement naturel des couleurs, utilisées par l’artiste pour la réalisation de l’œuvre. Dans ses tableaux, Muriel Massin adopte un langage expressif (en même temps dynamique et gestuel) qui implique  de manière totale et profonde le spectateur . La nature (essentiellement abstraite et expressive) de sa peinture signe, en fait, le  triomphe de l’âme navigante (pour le dire avec les mots du poète, peintre et philosophe, libanais,  Kahlil Gibran)  et de l’esprit humain. A la base  de  la qualité expressive de ses œuvres , il y a une interprétation du « sens dernier »  et  ensuite du « sens plus profond » qui appartient aux choses. Son travail artistique correspond à un genre  d’  « exégèse  picturale » qui n’est pas seulement de qualité rationnelle mais de type émotif et passionnel. Ce genre de peinture marque -dans ce cas spécial  - le triomphe de l’imagination   et de la fantaisie sur la « dimension imitative » de la réalité. Avec ce genre d’approche très esthétique et combien stylistique , dans  sa confrontation à la peinture, Muriel Massin « masquera  » (dans une bonne mesure) - son désir de vouloir s’ abandonner,  à travers la pratique picturale, à la nature intime de la lumière et par conséquence de la couleur. Son « penchant intellectuel » la pousse à chaque touche de pinceau étalé sur la toile, vers une sorte de « perception éthique, d’ « émancipation esthétique » et de « représentation   stylistique » ,qui sont dictées (dans les trois cas) par ce sens du « bon » et du « beau » que renfermait le terme mystérieux et fascinant de « kalokagathia ». Cela détermine, par conséquence  tout ce qui a été indiqué par les philosophes grecs, que ce qui est beau est nécessairement bon  et vice versa. Et  c’est justement  de ce  concept  esthétique,  tenu, de plus aujourd'hui  , d’une manière injustifiée, dépassé et   non partageable, que dérive la fascination et « la puissance  sophistique » des peintures de Muriel Massin : qui attribue à notre avis,- au signe, à la couleur, au geste, au mouvement et à la forme, un pouvoir énergétique tel qu’il  peut  faire  basculer     le   beneficiaire de l’œuvre d’art , du niveau  du « macroscome  physique » à l’étage du « microscome métaphysique et  metempirique ».. Nous pouvons donc affirmer que la peinture de Muriel Massin appartient à un art transcendental, dans  lequel l’être humain passe du monde de la « perception » à celui de « la dimension imaginable» , en traversant (selon l’indication qui vient du soufisme oriental)  les niveaux  : du sens vital des choses, du cœur, de la limite de la supra-conscience, de l’esprit tout court et de l’inspiration, jusqu’à atteindre, en dernière instance, la Beauté et la  Vérité, qui correspondent (comme le voulait Gabriele Mandel Khan, Khalife de « l’ordre des soufis Jerrahi Halvet ») avec le « Centre Divin de L’Etre »  avec le « Sceau Eternel de la Vie » et  avec la « Réalité Transcendante et Immanente » qui est présente dans chaque être humain.

 

Rino Cardone - Critique d'Art, chef de service TGR RAI Radiotélévision Italienne -